All-Ireland 2014

jeudi 29 août 2013

Mayo tentera donc pour la septième fois en vingt-cinq ans de ramener la SAM , premier finaliste connu de cette édition 2013 après sa victoire sur Tyrone (1-16/0-13), les rouges et verts, qui avaient séduit sur le plan du jeu, notamment face à Donegal, ont fait preuve de qualités mentales remarquables au sortir de trente premières minutes plutôt compliquées (mauvais choix offensifs, innéficacité, débordés au milieu), autant de déboires qui les auraient fait passer par dessus bord ces dernières années.

Le bonheur de la victoire s'accompagne malheureusement pour eux d'un coup du sort, puisque leur scoreur vedette Cillian O'Connor, meilleur jeune footballeur en 2011 et 2012, et candidat crédible pour une troisième distinction, s'est blessé à l'épaule gauche en début de match et pour la troisième fois en moins d'un an.
D'autre part, le milieu de terrain, Aidan O'Shea, expulsé lors des dernières minutes du quart de finale face à Donegal, et ayant reçu un nouvel avertissement ce dimanche, sera suspendu pour la finale du 22 septembre.

Mais la prestation de Mayo, notamment offensive, face à un adversaire pourtant réputé pour sa solide défense, aura au moins confirmée que cette équipe n'était définitivement pas dépendante de son jeune attaquant.
Trois joueurs ont spécialement impressionnés, et leur poids sur le jeu et le résultat final est immense,
trois symboles de cette génération épanouie et mature, lancée vers un sacre qui fuit les westerners depuis pas moins de 62 ans, une éternité!

Ces garçons sont à peu près de la même génération, et après avoir été très peu utilisés lors de la dernière campagne, ils s'affirment comme des éléments clés de la cuvée 2013,  Seamus O'Shea (26 ans), le frère et coéquipier en club d'Aidan, n'était rentré qu'à 2 minutes de la fin en finale l'an passé, l'excellent arrière gauche Chrissy Barrett (26 ans), qui n'était même pas sur la feuille de match en septembre 2012, s'est avéré décisif face à Tyrone, tant sur ses qualités de placement, serrant de très près Darren McCurry , que sur sa capacité à porter le danger dans les 45 mètres adverses, ses deux points inscrits en fin de première mi temps à un moment ou Mayo était en souffrance ont pesés de tout leur poids.
Enfin, l'avant centre Alan Freeman (24 ans), a comblé à merveille le vide laissé par la sortie d'O'Connor, tirant les frees et exécutant en force et avec sang froid le penalty du début de deuxième mi temps.

Ces trois là étaient tous membres de l'équipe des U21 du comté qui remporta le All Ireland de la catégorie en 2006 à Ennis.

Dublin-Kerry...full house

La seconde demi-finale choc de dimanche prochain se jouera à guichets fermés, autrement dit 82 500 personnes prendront place dans l'enceinte de Jones road pour la plus grosse affluence de la saison.
La première demi avait attirée 65 345 spectateurs.

Eamonn Fitzmaurice a annoncé trois changements dans le quinze du Kerry,
Mark Griffin sera aligné au poste d'arrière central en remplacement de Killian Young blessé, au milieu Anthony Maher revient, mais la surprise relative vient de la non titularisation du grand tondu de Tralee, le puissant Kieran Donaghy à qui Fitzmaurice aurait préféré James O'Donoghue, j'insiste sur le conditionnel, car à quelques jours d'un tel match, on ne peut s'empêcher de voir dans une annonce de quinze aussi précoce, une tentative d'intox, même si Donaghy était déjà sur le banc lors de la finale de Munster face à Cork le 7 juillet dernier.

Du côté des dubs, rien ne filtre pour l'instant, le doute subsiste sur le poste de milieu offensif gauche, le choix de Jim Gavin se fera sur Diarmuid Connolly ou l'ancien capitaine du titre de 2011, Bryan Cullen, tandis que l'autre (traditionnelle) incertitude, concerne le poste 14 (avant-centre) entre Paddy Andrews et Dean Rock.
Pour le reste, sauf surprise, les vainqueurs de Cork seront reconduits.

All Ireland Minor

Avant que les seniors ne dominent Tyrone, les minors avaient montrés la voie en s'imposant confortablement face à Monaghan (3-19/1-12),
Roscommon et Tyrone se disputeront dimanche (en ouverture de Dublin-Kerry), le droit de les affronter en finale.




dimanche 25 août 2013

Tyrone-Mayo, opposition de styles + News en vrac

Donegal
L'annonce ne sera pas officielle avant début septembre, mais Jim McGuinness devrait honorer sa dernière année de contrat à la tête du Donegal.
Certaines rumeurs l'annonçaient comme partant suite à la déroute totale face à Mayo en quart de finale, mais la tentation de relever un ultime défi est la plus forte pour le manager qui a offert sa première SAM aux hills depuis vingt ans.
Sa première mission sera de faire remonter le comté en Division 1 au printemps prochain.

Kerry
En stage du côté de Cork, Kerry subit un vrai coup dur à une semaine du choc face à Dublin en demi finale du All Ireland, son arrière central Killian Young s'est en effet fracturé une cheville lors d'une session d'entrainement et sa saison est évidemment terminée.
Sur son site officiel, le Kerry GAA confirme que le joueur sa rendra en début de semaine chez un spécialiste, mais compte tenu de la nature de sa blessure, il est fort peu probable qu'il puisse être aligné par Eamonn Fitzmaurice lors de la demi finale face aux dubs. Eoin Brosnan de dr.Crokes et Mark Griffin sont candidats pour palier à son absence.

Tyrone
Après le Meath des années Boylan, Tyrone est officiellement l'équipe que les fans des autres équipes adorent détester, et cette année n'a fait que renforcer leur "popularité" dans le monde du GAA, un jeu physique, très physique, souvent à la limite, beaucoup de fautes, Tyrone a fait de l'anti jeu une marque de fabrique.
Les rafales venant de consultants et anciens joueurs comme Joe Brolly (RTE, ex Derry), ou Liam Hayes (ex Meath), ont redoublé d'intensité après la qualification des hommes de Mickey Harte contre Monaghan.
Le fameux "placage" style rugby signé Sean Cavanagh fut un véritable symbole du style...particulier des red hands qui s'apprêtent, en prime, à se frotter à Mayo, dont le jeu léché provoque l'admiration de tous.

Mais cette mentalité d'assiégé sied parfaitement à un comté qui a su se remobiliser après la claque subie lors du quart de finale d'Ulster face à Donegal (0-10/2-10), pour passer quatre tours dans le tournoi de qualifications (Offaly, Roscommon, Kildare et Meath), avant de prendre le meilleur sur le tout frais champion d'Ulster, Monaghan, en quarts de finale.

Mayo
les vice-champions 2012 ont sut digérer leur échec en finale et faire fructifier l'expérience acquise à cette occasion pour repartir encore plus forts et plus surs de leurs forces, à l'assaut du titre suprême, après lequel court le comté depuis...1951.
Un collectif huilé, un jeu séduisant, peu de failles, un parcours sans fautes et une leçon de jeu infligée à leur bourreau de septembre dernier, Donegal, en quart, ont fait des westerners des favoris naturels au titre.
Trop peut être, et là se situe le vrai danger pour les hommes de James Horan, portés au pinacle et louangés de toutes parts.
Coupeurs des têtes des trois derniers champions en titre (Cork en 2011, Dublin en 2012 et Donegal en 2013), Mayo doit franchir un cap et laisser derrière lui sa réputation de looser éternel du football gaélique pour espérer décrocher la timbale le 22 septembre prochain.

Tyrone-Mayo, demi finale du All Ireland 2013, dimanche 25 aout à 16h30, Croke Park stadium.

Côté Mayo, aucun changement, les quinze vainqueurs de Donegal sont logiquement reconduits, et Kenneth O'Malley, remis d'une blessure à la cheville qui lui a fait louper les deux derniers matchs, est de retour sur le banc.

A Tyrone, Mickey Harte a choisi de lancer Conor McAliskey en lieu et place et de Martin Penrose, suspendu, et de titulariser Ryan McKenna au poste de latéral droit, laissant l'expérimenté Dermot Carlin sur le banc.

les groupes,

Mayo: 1.Robert Hennelly (Breaffy); 2.Tom Cunniffe (Castlebar Mitchels), 3.Ger Cafferkey (Ballina Stephenites), 4.Chris Barrett (Belmullet); 5.Lee Keegan (Westport), 6.Donal Vaughan (Ballinrobe),
7.Colm Boyle (Davitts); 8.Aidan O’Shea (Breaffy), 9.Seamus O’Shea (Breaffy); 10.Kevin McLoughlin (Knockmore), 11.Keith Higgins (Ballyhaunis), 12.Alan Dillon (Ballintubber);
13.Cillian O’Connor (Ballintubber), 14.Alan Freeman (Aghamore), 15.Andy Moran (Ballaghaderreen).
Manager: James Horan

Tyrone: 1.Pascal McConnell (Newtownstewart); 2.Ryan McKenna (Eglish), 3.Conor Clarke (Omagh), 4.Cathal McCarron (Dromore); 5.Ciaran McGinley (Errigal Ciarán), 6.Peter Harte (Errigal Ciarán), 7.Conor Gormley (Carrickmore); 8.Colm Cavanagh (Moy), 9.Sean Cavanagh (Moy); 10.Mattie Donnelly (Trillick), 11.Mark Donnelly (Carrickmore), 12.Joe McMahon (Omagh); 13.Darren McCurry (Edendork), 14.Stephen O’Neill (Clann na nGael), 15.Conor McAliskey (Clonoe).
Manager: Mickey Harte

arbtitre: Mauric Deegan (Laois)











dimanche 18 août 2013

O'Connor-McCaffrey, jeunesse dorée

Le titre de meilleur jeune joueur, décerné depuis 1997, se résumera probablement à un duel,

la décision se faisant quasi systématiquement sur les quatre demi finalistes du All Ireland, les prétendants de la jeune génération ne faisant pas partie des comtés présents dans le dernier carré n'ont que bien peu de chances, voir même aucune, de décrocher ce titre honorifique.
En retenant un candidat potentiel dans chacun des effectifs de ces équipes, on élimine automatiquement Kerry qui n'a mis aucun jeune joueur en valeur,
du côté de Tyrone, Darren McCurry, après quelques apparitions prometteuses en début de championship, est rentré dans le rang et n'a pas joué un rôle majeur dans le parcours des red hands jusqu'au dernier carré.

Deux garçons se détachent donc de façon évidente,
L'attaquant de Mayo et de Ballintuber , Cillian O'Connor (21 ans), déjà rentré dans l'histoire en devenant le premier joueur à remporter deux fois ce prix, peut réussir le hat-trick en déposant une troisième breloque en autant d'années sur sa cheminée.
Blessé à l'épaule (luxation) après le match contre Galway et manquant la demi finale du Connacht, le jeune prodige s'est ensuite taillé la part du lion dans le parcours sans faute du finaliste 2012, avec 6 buts et 13 points (deux hat-trick contre Londres et Donegal) et une importante quantité de passes, il réalise la plus belle saison de sa très jeune carrière,
O'Connor est probablement le meilleur tireur de "frees" du pays, avec 11/11 dans cet exercice.

L'autre candidat est une véritable révélation, le tout jeune (19 ans) mileu def gauche de Dublin, Jack McCaffrey, a crevé l'écran face à Cork en quart de finale, ses montées incessantes en soutien, sa rapidité et son jeu à la main en ont fait un élément indispensable du système mis en place par Jim Gavin.
Toutefois, et si il est un plus d'envergure sur le plan offensif, sa fiabilité défensive a été mise à l'épreuve, rarement certes, mais par passage, ce secteur du jeu Dublinois a posé problème à quelques reprises et McCaffrey n'a pas fait exception,  donnant quelques raisons à son manager de se faire du mouron, surtout à la veille de défier Kerry en demi et de retrouver un certain Paul Gavin face à lui.
Malheureusement pour lui et les dubs, sa blessure au pouce gauche à l'entrainement ce mardi le rend douteux pour le choc du 1er septembre, mais même si il venait à manquer ce match, il reste dans le course pour contester le trophée à Cillian O'Connor.




mardi 13 août 2013

Dublin-Kerry, opposition traditionnelle et(ou) rivalité en carton?

A moins de trois semaines de la seconde demi finale du All Ireland 2013, qui verra s'opposer deux comtés légendaires du foot gaélique, Dublin et Kerry, il est indispensable de revenir sur l'une des rivalités les plus marquées de l'histoire de ce jeu.
Marquée oui, mais selon beaucoup, en partie factice et largement romancée.

En effet, si ces comtés sont les deux plus titrés du pays (Kerry a ramené la Sam Maguire a 36 reprises dans le sud ouest, et Dublin l'a conservée 23 fois dans la capitale), les statistiques elles, parlent nettement en faveur des kerrymens,
en effet, avant la finale de 2011, qui avait vu les dubs remporter leur premier All Ireland depuis 1995 et leur première victoire sur Kerry en championship depuis la mythique demi-finale de 1977, les deux équipes s'étaient affrontées onze fois en finale du championnat pour huit victoire du kingdom contre trois pour Dublin.

Kevin Heffernan, général en chef de la heffo's army

Kerry a pris part à 56 finales au total, la première en 1892 face à...Dublin, pour une défaite (0-03/1-04), la dernière contre...Dublin pour une autre défaite (1-11/1-12), si vous avez suivi et pris le temps de compter, entre ces deux dates, une seule finale dans l'escarcelle dublinoise face à Kerry (celle de la heffo's army en 1976).
Les seventies furent la période de leur plus forte opposition, les deux comtés s'affrontant à six reprises en finale entre 1975 et 1985.

Pat Spillane, légende du Kerry des grandes années,
 aujourd'hui consultant tv pour RTE


Le sentiment de supériorité très fort chez les kerrymen provient essentiellement de cette période de domination systématique entre 1977 et cette victoire des dubs dans ce qui reste pour beaucoup comme le plus grand match de l'histoire du foot gaélique et la victoire de 2011 sur un coup de pied de son gardien Stephen Cluxton dans les ultimes secondes, ce sont 34 année de revers à répétition pour les joueurs de la capitale, assommants comme lors de la finale de 1978 qui voyait Kerry s'imposer par l'un des écarts les plus large pour une finale (5-11/0-09 soit +17pts), ou encore du quart de finale de 2009 remporté par le kingdom sur le même différentiel (+17).

La balance penche globalement très largement en faveur du vert et or du Kerry, avec 15 victoires contre 6 à Dublin et 2 nuls, sans compter que deux de ces six succès acquis par les dubs le furent avant 1910, c'est à dire en un temps ou les comtés n'étaient représentés que par des clubs et non par une sélection générale de tous les joueurs du comtés.
Cork, Galway et surtout Down ont tous ont meilleur bilan face à Kerry que Dublin, ces derniers s'imposant lors des quatre matchs les opposant au comté le plus titré du pays (lors des finales de 1960 et 68, et des deux demis de 1961 et 91).

Malgré tout, un Kerry-Dublin à Croke Park n'est jamais un match comme un autre, la légende dublinoise Kevin Heffernan (coach mythique des années 70-80) avouait lui même que remporter un All Ireland contre Kerry équivalait a en gagner deux, et la victoire des dubs en 2011 semble avoir ouvert une nouvelle ère dans l'histoire de la rivalité entre les deux clans, car si Kerry peut toujours s'appuyer sur un noyau dur ultra expérimenté et sur le meilleur joueur de la décénnie, le grand Colm "gooch" Cooper, Dublin bénéficie d'une génération dorée, lancée par Pat Gilroy et relayée par son successeur Jim Gavin, et dont le style de jeu ultra offensif est salué par un large éventail d'observateurs.

La bataille de l'intox a débuté dés le lendemain des quarts de finale, disputés le premier weekend d'aout.
Le manager du kingdom avouait craindre un raz de marée bleu le 1er septembre si ses joueurs ne montraient pas de meilleurs dispositions que face à Cavan en quart.
Côté Dublin, Jim Gavin fait son maximum pour éviter un excès de confiance entretenu par les commentaires élogieux des médias et de beaucoup de coachs et de joueurs.

Bernard Brogan "fils"

Enfin, il est un joueur pour qui ce match représentera toujours plus qu'aucun autre, l'attaquant et buteur dubliner, Bernard Brogan, dont l'homonyme de père fut l'auteur du but de la victoire légendaire de 1977,  dont la mère est originaire du Kerry et qui a passé une large partie de ses jeunes années dans ce comté.

mercredi 7 août 2013

Mayo et Dublin en ballotage favorable, Kerry et Tyrone en outsiders

Que ressort t-il des quarts de finale du All Ireland disputés samedi et dimanche passé?
Pas de véritables surprises en tout cas, même si la déculottée subie par le champion sortant, Donegal, surprends dans sa forme.

Kerry passe logiquement l'obstacle Cavan, la révélation de cette édition 2013, mais fait inquiétant avant d'aller défier Dublin en demi, les coéquipiers du "gooch" sont une nouvelle fois passés au travers de leur seconde période, comme lors de la finale du Munster face à Cork, Kerry s'est laissé grignoter petit à petit.
Le manager Eammon Fitzmaurice ne s'y trompe d'ailleurs pas, plaçant son équipe en quatrième position dans la course à la SAM, même si ces propos alarmistes d'après match sont plus destinés à enlever encore un plus de pression à ses hommes et à placer Dublin dans le fauteuil toujours inconfortable de favori pour une place en finale.

Cavan peut même éprouver quelques regrets sur ce match, ou un positionnement ultra prudent (surtout en première période) conjugué à un trop grand respect pour l'adversaire ont privés les breffnis d'une fin de match plus serrée et pourquoi pas d'un exploit retentissant.
Mais Hyland, pour peu qu'il ait retenu certaines des leçons de ce quart de finale, a posé de solides bases pour l'avenir de cette jeune et talentueuse équipe.
L'homme du match est l'ailier gauche du Kerry, Donnchadh Walsh (29 ans), il a causé toutes sortes de soucis à la défense de Cavan en première mi temps, inscrivant trois points (autant que le reste de la ligne d'attaque titulaire), et est impliqué sur trois autres.

Le big choc attendu aura bien lieu le 1er septembre prochain, Kerry vs Dublin, c'est un must du foot gaélique, les deux équipes les plus titrées du pays, et dont le dernier affrontement, lors de la finale de 2011,  s'était soldé par une victoire des dubs à l'issu d'un match ultra serré et scellé par un ultime free de Stephen Cluxton dans les arrêts de jeu, offrant ainsi sa première SAM aux comté-capitale depuis 1995.

Si Dublin était donné favori, personne ne s'attendait a une promenade de santé face à des rebels, certes peu convaincants depuis le début de ce championship, mais dont il ne faut jamais sous-estimé les coups de reins et les réactions de bête blessée.
Counihan n'aura pas survécu à cette élimination et quitte donc le poste de manager de Cork qu'il occupait depuis six ans, et même si son dernier exercice à la tête des rebels laisse un gout étrange, il aura tout de même offert trois titres du Munster , trois leagues consécutives (2010, 2011 et 2012) et surtout une Sam Maguire en 2010.

Un match vivant, de très bon niveau technique, et dominé clairement par Dublin, logique vainqueur, très nettement dominateur au milieu, mais ne parvenant jamais à tuer le match (1 but sur 7 occasions franches), un manque de réalisme qui pourrait leur couter cher par la suite face à des cylindrés du calibre de celles restant dans la course.
Si l'homme du match désigné fut logiquement le jeune half back Jack McCaffrey (19 ans), intenable sur son côté gauche à chacune de ces nombreuses montées, tapant les montants et auteur du seul but de la rencontre, sa défense est toujours d'une grande propreté,
 le fabuleux Stephen Cluxton est bien l'arme fatale des sky blue, le supplément d'âme, le métronome de cette équipe dublinoise,
l'ancien joueur des dubs et désormais chroniqueur pour le supplément GAA du Star, Jayo Sherlock,  reconnait d'ailleurs que Cluxton est exactement le type de joueur qui a cruellement manqué à sa génération,
car outre la précision travaillée de ses kick-outs (l'une des phases clés de ce sport) par rapport au match de Meath, et sa solidité sur la ligne, c'est surtout sa régularité sur free qui fait régulièrement la différence sur des matchs de ce genre.
Deux points essentiels à travailler pour Jim Gavin donc, la solidité de sa ligne de full backs, encore sérieusement bougée par les longues diagonales de Cork ce samedi, et l'efficacité offensive bien sur.
Les superstitieux noteront aussi que, les quatre dernières fois que les deux comtés (Dublin et Cork) se sont affrontés en championship (1983, 85, 89 et 2010), le vainqueur est allé remporter la SAM...


Le seul champion provincial mis en échec fut donc, et c'est une demi surprise, Monaghan.
Tyrone s'est remis d'un non-match absolu en quart de finale de province face au Donegal, pour aller chercher sa place en quart à la force du poignet dans le dédale des qualifications, et finalement se retrouver seul représentant de  l'Ulster dans le dernier carré.
Si sur le fond de l'affaire, la victoire des red hands n'est pas contestable, la forme elle, fait une nouvelle fois débat,
l'action qui remue le monde du football depuis samedi après midi intervient à la 48ème minute, lorsque Sean Cavanagh, au demeurant et une nouvelle fois excellentissime, commet un véritable placage digne du rugby sur l'attaquant de Monaghan, Conor McManus, partant seul au but, Cavanagh ne récoltant qu'un avertissement pour cette faute d'anti jeu caractérisée,
si l'an prochain, un tel geste pourra lui valoir un carton noir, l'arbitre de la rencontre Cormac Reilly n'a pas jugé bon d'aller au delà du jaune, appliquant simplement le règlement.
Le journaliste Joe Brolly, ancien attaquant de Derry, a, sitôt la rencontre terminée , fait preuve de son dégout face à un tel geste, appuyé en celà par son confrère spécialisé lui dans le soccer, le vénérable Eamonn Dunphy.
Plus plus encore que le geste lui même, c'est l'attitude du joueur après la rencontre et son absence d'excuses qui choque le plus.
Cela n'empêche pas Cavanagh d'être une nouvelle fois élu homme de la rencontre, décisif comme face à Meath, dominateur de la tête et des épaules, notamment en première mi-temps.
Hommage doit aussi être rendu à Drew Wylie, déjà remarquable face à Donegal en finale de l'Ulster et une nouvelle fois impérial face à Stephen O'Neill.

Le dernier quart de finale devait être le choc de ce weekend, avec une alléchante affiche entre le champion en titre, Donegal, et son malheureux adversaire de la dernière finale du All Ireland 2012, Mayo.

Mayo avait impressionné dans le Connacht, avalant tout cru ses adversaires, mais difficile à situer dans un contexte peu concurrentiel,
Donegal avait tracé sa route en Ulster, tapant Tyrone et Down avant d'échouer dans sa tentative de décrocher une troisième couronne consécutive en Ulster face à Monaghan.
Cette défaite aura certainement atteint les hommes de McGuinness en plein coeur, et le Donegal dominateur de l'an passé a laissé place à une victime expiatoire, ravagé par un Mayo en pleine confiance, et emmené par sa jeune star, Cillian O'Connor, revenu de blessure en finale du Connacht et auteur de son second hat trick de suite (après Londres).
Ce succès impressionnant pose nécessairement Mayo en position de favori pour la conquête du titre suprême.
Il s'agit peut être enfin de LEUR année, après avoir éliminé le champion sortant pour la troisième fois de suite (Cork en 2011, Dublin en 2012 et donc Donegal cette année), un nouvel échec serait difficile à avaler pour les rouges et verts.
Aidan O'Shea est l'homme du match, remportant un nombre incalculable de duels au milieu, véritable pierre angulaire de l'édifice de James Horan, même son exclusion en fin de rencontre pour un second carton jaune ne gâche pas l'énorme impression laissée par le joueur de breaffy.

Donegal a subit un véritable traumatisme, survenant trois mois après la relégation de D1 en D2 en league et onze mois après leur sacre du 23 septembre dernier dans ce même stade et face à cette même équipe de Mayo, et concédé en trois quart d'heure, autant de buts qu'en trois saisons en 17 matchs sous les ordres de son manager emblématique.
Jim McGuiness était parvenu à remobiliser tout un comté en état de déliquescence, a montrer un chemin et définir un objectif, tirant le meilleur d'un groupe comportant certes quelques éléments de grand talent, mais limité en quantité.
Le défi le plus dur à relever pour un comté peu habitué aux victoires de cette ampleur est celui de l'après,
et Donegal a brutalement touché ses limites ce dimanche face à un adversaire au sommet de son art.
McGuinness n'a pas encore fait connaitre ses intentions, mais quel qu'il soit, le futur manager des hills devra rebâtir sur un champ de ruines.


Voici pour conclure le quinze All star si il était désigné aujourd'hui,

1.Stephen Cluxton (Dublin)
2.Keith Higgins (Mayo)
3.Ger Cafferkey (Mayo)
4.Marc O'Sé (Kerry)
5.Conor Gormley (Tyrone)
6.Colm Boyle (Mayo)
7.Jack McCaffrey (Dublin)
8.Sean Cavanagh (Tyrone)
9.Aidan O'Shea (Mayo)
10. Paul Flynn (Dublin)
11. Ciaran Kilkenny (Dublin)
12. Cian Mackey (Cavan)
13.Cillian O'Connor (Mayo)
14.Colm Cooper (Kerry)
15.Paul Mannion (Dublin)

ps: les postes correspondent pas forcément avec ceux des joueurs dans la réalité (Cooper, Mannion)

mardi 6 août 2013

Dublin sera toujours Dublin...

Les meilleurs choses ont une fin,
et ces choses là figurent toujours parmi les meilleurs...
Pour consacrer une part essentielle de son séjour à sa passion,  il faut une femme essentielle, et la mienne l'est...en tout points.
Je comprends aussi un peu plus à chaque fois,  à quel point j'aime cette ville (Dublin) et à quel point j'entretiens avec elle un rapport autant charnel que spirituel.
Il devrait d'ailleurs être vivement conseillé par tous les guides touristiques de la planète à destination de L'Irlande d'effectuer un pèlerinage à Croke Park et, si possible,  de choisir la date de son séjour en fonction du calendrier du championnat,
car comment connaître, comprendre et aimer cette terre,  en passant à côté de l' aspect majeur de la culture irlandaise que représente ce sport?
L'histoire moderne de ce pays se confond avec celle du football gaélique,  et l'épreuve que je narre depuis maintenant plus de deux mois, rythme inlassablement tous les étés de ses habitants.

Même sans assister aux matchs, on peut ressentir à travers la ville,  durant tout un weekend,  la ferveur qui anime chaque rue, les fans débarquant de tous les coins du pays arborant maillots et drapeaux aux fenêtres des voitures, c'est aussi cela l'essence de L'Irlande,  l'essence de Dublin, il faut vivre ça une fois dans sa vie.
Par la grâce d'internet et de ce blog,  j'ai aussi eu la chance de rencontrer physiquement un de mes lecteurs,  auquel je dois d'ailleurs deux euros à valoir sur une guinness (valable dans toute l'Europe).

Pour une analyse plus poussée des tenants et aboutissants de ce bank hollyday weekend de quarts de finale, je vous donne rendez-vous à demain et durant tous ce mois d'août, histoire de maîtriser votre GAA sur le bout des doigts et de briller dans les pubs pour les demi-finales du 25 août (Mayo-Tyrone) et du 1er septembre (Dublin-Kerry).