All-Ireland 2014

jeudi 26 septembre 2013

Dublin, bilan et projections

Welcome home: Dubs skipper Stephen Cluxton shows off Sam Maguire at last night's homecoming in the capital.
Cluxton et les dubs célébrant la victoire avec les fans à Merrion square, lundi soir


 
Finaliste de la O'Byrne cup (battu par Kildare 0-17 à 1-16 a.p) le 26 janvier
Vainqueur de la Division 1 de la League (Tyrone 0-18 à 0-17) le 28 avril
Vainqueur du Leinster SFC (Meath 2-15 à 0-14) le 14 juillet
Vainqueur du All-Ireland (Mayo 2-12 à 1-14) le 22 septembre

Total de points inscrits: 31 buts et 311 points (404 points) soit une moyenne de 20 points par match
Total de points encaissés: 14 buts et 227 points (269 points) soit une moyenne de 13.5 points par match

20 matchs joués, 17 victoires, 1 nul et 2 défaites.

 Les jacks ont remporté 3 des 4 compétitions auxquels ils ont participé, décroché leur première NFL depuis 20 ans, leur deuxième All-Ireland en trois ans et leur premier doublé (NFL-Champ'ship) depuis 1976.

Tel est le bilan des dubs pour cette exercice 2013, difficile de faire mieux vous en conviendrez. 17 victoires en 20 matchs en épinglant Mayo à 3 reprises, Cork, Kerry et Kildare 2 fois...incroyable lorsqu'on se souvient qu'il y à quatre ans seulement, Dublin était incapable de remporter la moindre victoire sorti du Leinster, et encaissait sa deuxième humiliation de rang en quart de finale (-12 contre Tyrone en 2008, -17 contre Kerry en 2009). Qui aurait imaginé que 48 mois plus tard, les dubs exhiberaient leur deuxième SAM en trois saisons aux quatre coins de la capitale?

Certains, comme David Hickey , médecin dans le groupe 2013 et qui figurait parmi les sélectionneurs en 2011, soutiennent que l'équipe d'il y à deux ans était meilleure, plus complète, et que, même si les talents de manquent pas dans le Dublin version Gavin, sa marge de progression reste importante.
Possible, car si Dublin a séduit, il a rarement assuré d'un bout à l'autre de ses matchs, faisant ici preuve d'un terrible manque d'efficacité (Cork en quart de finale), ou là de laxisme défensif (Kerry en demi), ayant aussi souffert plus qu'attendu contre Meath en finale du Leinster, et ne s'imposant que d'un petit point inscrit à la dernière minute (Par Dean Rock) contre Tyrone en finale de la league. Il faut bien chercher la petit bête dans ce qui reste comme l'une des saisons les plus complète de l'histoire du comté...

Ce qui incite à l'optimisme pour les blues, c'est, entre autre, le réservoir conséquent de jeunes talents capables de s'adapter au niveau senior avec une rapidité impressionnante, McCaffrey auteur d'un match monstrueux et du but décisif contre Cork en quart,  Paul Mannion, seulement remplaçant en finale des U21 l'an passé et titulaire indiscutable de la ligne offensive un an plus tard , Ciaran Kilkenny dont la marge de progression personnelle reste énorme, ou encore Kevin O'Brien en défense.
Et les espoirs pouvant prétendre à jouer un rôle significatif dans l'avenir ne manquent pas, ( Darragh Nelson, Emmet O'Conghaile , Eric Lowndes, Shane Carthy, et surtout Cormac Costello annoncé comme la future merveille des dubs) , pour ne citer qu'eux.


Quels sont donc les points à améliorer et les défis à relever pour faire que 2014 soit aussi belle que 2013?
S'assurer une défense plus solide, celle ci, même si elle termine sur son meilleur match en 2013, a donné des signes de faiblesse évidente. Commencer à envisager la succession de Cluxton dans les buts, même si la longévité à ce poste est souvent largement supérieure à la moyenne des joueurs de champ,Clucko n'est pas éternel, Shane Supple doit être essayé en O'Byrne au mois de janvier, voire en league au printemps.

Quid d'Alan Brogan, absent durant toute la saison, il est apparu sur le banc pour la première fois à l'occasion de la finale, une présence qui avait plus la valeur du symbole qu'autre chose, à 32 ans l'an prochain, à t-il la motivation suffisante pour retrouver une place dans le groupe, même en tant que joker de luxe?

Quelques minutes seulement après le coup de sifflet final dimanche, Jim Gavin déclarait "nos adversaires sont déjà au boulot, et nous sommes certainement déjà en retard".

Qui seront les rivaux les plus sérieux du champion lors du prochain exercice? ce sera l'objet d'un prochain billet, qui me permettra de revenir plus en détail sur la saison écoulée de chaque comté, et sur le projections que l'ont peut dors et déjà tirer pour la prochaine.

lundi 23 septembre 2013

Grand bleu sur Croke Park




image
2ème SAM pour Cluxton, 1ère en tant que capitaine
















Dublin réussi donc un carton plein, un doublé Allianz League-Championship, le premier depuis 1976.

Une victoire d'un petit point ,extirpée au forceps, dans le dur, voir dans le très dur pendant toute la première mi-temps, en dedans et nettement en deçà de leurs précédentes sorties.
Dublin aura tremblé jusqu'à l'extrême limite de cette finale et de cette saison, jusqu'à ces deux frees de Cillian O'Connor ramenant Mayo à une longueur, mais McQuillan n'accordera pas de rabe aux quatre minutes déjà jouées. Une nouvelle fois, une septième fois en vingt quatre ans, Mayo s'est montré incapable de franchir le dernier palier, de donner le dernier coup de rein nécessaire et laisse Dublin et son peuple bleu célébrer un vingt-quatrième titre, le second en trois ans pour une génération déjà mise sur les rails par Pat Gilroy et complétée, améliorée, perfectionnée par Gavin.

La défaite d'hier devrait trouver une place de choix dans la liste des malheurs pour les rouges et verts, tant ils peuvent battre leur coulpe pour ne pas avoir su profiter à plein d'une première période à leur avantage -notamment le premier quart-  et faire fructifier une possession en leur faveur ainsi qu'un ratio de "frees" largement positif.
Tout avait pourtant si bien débuté, les hommes de James Horan rentraient bien dans ce match, concentrés et concernés à l'extrême face à des Dubs nerveux comme jamais cette saison, fébriles, friables en défenses comme souvent, et maladroits, incapables de poser leur jeu face à un Mayo couvrant chaque centimètre carré de pelouse, des full backs ne laissant aucun espace, 1 petit point en 15 minutes jusqu'au but de Brogan rappelant celui de Mannion contre Kerry, un ballon botté haut et boxé dans les filets par Brogan au prix d'une grosse extension à la lutte avec Cafferkey et Hennelly. Dublin était dans le coup d'un point de vue comptable, mais un drôle de sentiment flottait et Mayo dominateur remettait un coup de manivelle avec trois points consécutifs couronnant une domination territoriale nette, mais ratant aussi quantité de tirs dans des positions pourtant favorables et par la même occasion, la possibilité de mettre Dublin à distance et la tête dans le sable.
Les mouvements offensifs dubliners étaient rarement bien inspirés, de mauvais choix, des ballons envoyés sur des joueurs serrés de près par leurs body guard privés, des passes mal orientées, Mannion blessé au ischios au bout d'un quart d'heure, et Hennelly en état de grâce n'augurait rien de bon.
Et pourtant, à l'issue d'une première période décevante sur le plan du jeu et laissant un sentiment étrange, Dublin regagnait le vestiaire avec un déficit d'une petite unité seulement, un moindre mal! Rien n'avait fonctionné comme prévu pour eux mais dans le même temps, Mayo avait semblé ne pas vouloir les punir, les blues étaient encore en vie.

James Horan a t-il déjà à ce moment là le sentiment que ces gars passent à côté de quelque chose?, que l'ogre va finir par sortir de sa caverne? quoi qu'il en soit, Dublin revient transfiguré sur la pelouse de Croke Park, ses joueurs comme libérés, les passes se font enfin précises, on ne court plus dans le vide, les ballons arrivent, et Cian O'Sullivan ouvre le bal suivi par quatre autres points dans les dix premières minutes contre une seule réponse de Mayo via un free de Cillian O'Connor, leur premier point en 22 minutes... (1-09/0-09 à la 48ème).
Captain Moran sonne alors le réveil à la finition d'un but sur un beau mouvement collectif, les fans des westerners voyaient le bout du tunnel, le but qui pouvait mettre leurs joueurs sur orbite, au lieu de ça...pas grand chose, Mayo retombe dans un forme de léthargie, et l'espoir est de courte durée, Dublin score encore à la 54ème, une action typique du jeu offensif des dubs, un ballon tapé par Flynn, tournant à toute vitesse et habilement prolongé jusqu'à Brogan,  le but du break.

Un break mental en fait, plus que mathématique, car l'écart n'excède jamais trois points, réduit plusieurs fois à deux et finalement à un point sur cet étonnant dernier free de Cillian O'Connor, certes à 20 mètres des buts et devant une foret de bleus, mais dont beaucoup n'ont pas compris pourquoi il ne l'avait pas pas tenté droit dans la cage plutôt qu'en assurant le point.
Le temps-entre autre- aura encore manqué à Mayo, comme en 1996 après cette finale à rejouer perdue contre Meath.

Jonny Cooper s'en va consoler Rob Hennelly, le valeureux gardien de Mayo, son ancien co-équipier du temps de l'université à DCU et avec lequel il remporta la Sigerson cup, Dublin tient la SAM, la deuxième en trois saisons, Mayo devra attendre, encore, et se consoler avec le titre remporté juste avant la finale des grands par les minors devant Tyrone, des promesses d'avenir encore, mais un présent lourd se confondant avec un passé qui ne passe décidément pas.

L'homme du match: Bernard Brogan

afficher 2 buts et 3 points sur sa fiche stat' est toujours plaisant pour un attaquant, mais lorsque cela arrive dans une finale de All-Ireland, le bonheur est plus intense encore, son premier but à la 15ème à laissé respirer son équipe et les fans, étouffés par un début de match difficile, le second s'est avéré décisif, répondant à l'égalisation d'Andy Moran et mettant les siens sur orbite.
On gagne rarement un All-Ireland sans un avant-centre d'envergure, et cela s'est encore confirmé hier, voilà ce qu'il aura manqué à Mayo, un Bernard Brogan.

La déception du match

Aidan O'Shea, auteur d'une saison exceptionnelle et en course avant le match pour le titre honorifique de meilleur joueur de l'année était attendu au tournant, peut être comme l'homme providentiel, trop surement.
Nul doute qu'un repositionnement en tant que full forward dans les 10-15 dernières minutes combiné a un Seamus O'Shea conservé sur le terrain, aurait peut être changé la donne, tant ses capacités dans les airs se seraient avérées précieuses, mais il fut loin de son rendement habituel, cantonné la plupart du temps à des taches défensives et parfaitement évité par les dégagements de Cluxton, il n'aura jamais pesé sur la rencontre, de quelque façon que ce soit.

Question de points de vue

 

Aucun des deux manager ne se satisfaisait de l'arbitrage hier après-midi, même si pour Gavin la pilule passera évidemment plus facilement.
Excédé par l'écart entre les fautes sifflés contre son équipe et celles pour, autant que par les accusations d'anti-jeu-notamment en fin de match-il n'a pas caché son étonnement, "12 frees? c'est au delà de mes capacités, je ne comprends pas, vraiment pas, c'est un des points de déception, non seulement nous avons joué contre Mayo et contre l'arbitre." il a souligné par ailleurs que ce type de traitement avait été récurent tout au long de la saison.

Horan lui non plus, n'a pas semblé comprendre la gestion du temps par McQuillan lors des dernières minutes, entrainant la prise de décision de O'Connor sur le fameux free de la dernière seconde, "Lorsque vous demandez à l'arbitre combien de temps il reste, et que vous lui demandez deux fois, et qu'il vous répète qu'il reste au moins 30 secondes après le point, c'est un peu décevant...est ce que je peux y changer une "putain" de chose? absolument rien"
Andy Moran, aussi remonté et aussi fataliste "On a cette occasion en fin de match, l'arbitre dit a Cillian qu'il reste 30 secondes derrière, et derrière il siffle sur le dégagement...ça fait un peu mal au c.. pour être honnête, mais, hey, ce sont des choses qui arrivent"

Interrogé sur la gestion de fin de match de Dublin, Keith Higgins se montrait philosophe et beau joueur, "Clairement, ils ont ralenti le jeu sur les dix dernières minutes, mais toutes le équipes auraient fait la même chose à un moment pareil pour tuer le match. Si le score avait été inversé, on aurait certainement agit de la même façon."

2013 GAA All Ireland Football Final - Dublin v Mayo - Résumé 1ère Mi-temps
2013 GAA All Ireland Football Final - Dublin v Mayo - Résumé 2ème Mi-temps







dimanche 22 septembre 2013

Pourquoi personne ne peut égaler la GAA.

Je me permet de placer une traduction d'un article paru dans  "l'indo" daté d'hier et expliquant le lien fort qui unit les irlandais à leur sport national, son coeur battant et son esprit qui n'a jamais été aussi vivant en ces temps de crise économique.

 Pourquoi personne ne peut égaler la GAA.


John Meagher revient sur un été de football gaélique ensoleillé et de matchs disputés dans des stades bien remplis qui aura vu l'association (la GAA) défier toutes probabilités et laisser ses rivaux dans l'ombre.

L'idée que la GAA serait démodée est tout simplement absurde. Il s'agissait d'une organisation parfaitement huilée dés ses débuts — et c'est toujours le cas.



Ce fut, en tout points, un été exceptionnel pour la GAA, un des championnats de hurling les plus absorbants depuis des lustres, des affluences en hausse dans tout les comtés et l'une des finales de football les plus attendues depuis des années.
La semaine prochaine, les hurlers de Cork et Clare reviendront fouler la pelouse de Croke Park pour un replay très attendu, il s'agira d'ailleurs de la seconde finale à rejouer en un an.



Malgré une cinquième année de récession, malgré l'attraction toujours immense provoquée par le football "d'outre channel" et un rugby irlandais compétitif , la GAA ne se contente pas de survivre, elle est en plein essor, son image n'a jamais été aussi florissante.

"La GAA est encrée au plus profond de la conscience nationale", confime Robbie Butler, "intrinsèquement lié à la communauté, plus qu'aucun autre sport et plus encore dans l'Irlande rurale" , "l'amateurisme y est célébré, même si le fonctionnement de l'organisation s'est totallement professionnalisé avec le temps, tout en restant en accord avec une philosophie de proximité"


"C'est plus qu'un simple sport, et cela l'a toujours été" poursuit t-il,
"Regardez les expatriés, l'une des premières choses qu'ils font en arrivant dans un endroit, c'est de chercher un club GAA si il existe un, cela rassemble les gens."

Les sports gaéliques aident à renforcer le sentiment d'identité propre, et les supporters s'identifient plus facilement aux joueurs que dans n'importe quel autre sport, ce sont souvent des gars avec lesquels ils ont grandi, ils les ont fréquentés sur les bancs de l'école, du collège ou les connaissent via le boulot ou autre. Dans mon comté, par exemple, à Waterford, vous verrez sans problème 25.000 personnes se rendre à  Thurles pour suivre les hurlers en championship, mais pas plus de 500 pour suivre Waterford United lors des rencontres de championnat d'Irlande de soccer , les liens sont fondamentalement différents.”

Paul Dermody, le responsable du secteur commercial de la GAA affirme que, comme cela était le cas aux origines de l'association fondé par Michael Cusack et ces camarades en 1884, l'éthique, la philosophie communautaire reste essentielle. “86% de tout les revenus de Croke Park (billets, boutique, musée) sont reversés à la base via les 32 comtés”. “ Les 2,500 clubs dans le pays et les 300 de l'étranger sont la pierre angulaire de l'association et le seront toujours“.

Il est capital, dans le même temps, d'entretenir la "marque" GAA du mieux que nous le pouvons, l'accent a été mis la dessus depuis 2007 et l'introduction du nouveau logo, l'année suivante nous signions le nouvel accord multi-sponsors pour le football et le hurling.”

Les dirigeants de la GAA ont suivi de très près le modèle de développement financier initié par l'UEFA Champions League au moment d'établir l'actuelle strucutre comptant six sponsors distincts pour les championnats de football et de hurling, trois par catégorie. “On ne doit pas rester borné et hermétique,” poursuit t-il. “Il faut apprendre des autres sports sur la façon de se monétiser au mieux.” L'une des membres de l'actuel équipe marketing de la GAA, Rebecca Hocking, occupait auparavant, et avec succès, une fonction similaire dans la promotion de l'Australian Football League.

Dermody souligne encore que grâce au partenariat avec le groupe Musgrave, les billets, qui peuvent être achetés dans les supermarchés Centra et SuperValu partout dans le pays, sont plus facilement accessible que dans le passé. Il s'agit selon lui d'un facteur non négligeable dans le progression de 10 à 15% de la fréquentation dans tous les comtés.
"L'adaptation parfaite des comtés aux réseaux sociaux ces dernières années à favorisé un plus haut niveau d'engagement des supporters, à tous les niveaux, c'est leur association après tout!" se réjouit t-il.


Tom Byrne est parfaitement placé pour évoquer l'attraction magnétique exercée par la GAA. Ses deux buts en fin de match permirent à Mayo de remporter le All-Ireland minor en 1978, et sa carrière senior connu un point d'apogée lors de la demi finale du All-Ireland 1985 contre Dublin.
Le football est sa raison de vivre et, bien que vivant à Chicago, vingt ans après avoir raccroché les crampons, il ne raterai pour rien au monde l'occasion de revenir au pays à chaque fois que Mayo dispute une finale de All-Ireland , selon lui  “Il était inconcevable de ne pas être ici ce jour là”.

Pour un grand nombre de personnes en Irlande, la GAA est au centre de leur vie”.  Big Tom, comme il est affectueusement surnommé dans le Mayo, poursuit. “Il n'y à pas que le comté qui ait de l'importance, le club également. Tout part de la base,  des milliers de personnes à travers le pays abattent un boulot phénoménal  en tant que bénévole. C'est ce qui rend la GAA si forte après toutes ces années”.

Mayo et ses supporters sont suffisamment avertis de la difficulté de la tache qui les attends, ayant échoué dans la conquête de la Sam Maguire Cup lors de leurs six tentatives en finale depuis leur dernière victoire en 1951, mais Big Tom est confient et certain que dimanche l'histoire tournera en leur faveur.
 “Je pense qu'on y arrivera ce coup ci. La foi est immense dans tout le comté, et c'est génial ici à Kiltimagh , de voir tout le monde, jeune et vieux, derrière les gars.

Cependant , l'histoiren de la GAA, Paul Rouse estime que même si des événements prestigieux comme les finales de All-Ireland auront toujours la capacité d'attirer les foules, l'organisation devrait être plus attentive à ses membres appartenant à la base ou aux supporters ordinaires qui fréquentent les petites rencontres locales.
Les prix des billets sont trop chers,” explique t-il “Par temps de récession, des entrées à 12 euros pour des matchs locaux sont trop élevés, cela ne devrait pas excéder 5 euros. Il ne faut pas oublier que 2% seulement des pratiquants jouent en inter-comté, les 98% restants et qui sont sur les terrains chaque semaine ne doivent pas être négligés. C'est grâce au dévouement de ces gens que la GAA continue à jouer un rôle primordial dans le vie irlandaise.”


En fin de compte, ce sont les matchs en eux mêmes qui demeurent le meilleur produit d'appel de la GAA,  “A l'origine, l'attraction pour la GAA tient dans la beauté pure et brut des matchs, cela fut longtemps le cas et le sera certainement dimanche au moment du coup d'envoi.

BONNE FINALE A TOUS!!!

vendredi 20 septembre 2013

Dublin-Mayo (demandez le programme!)

 




 Depuis maintenant quatre mois que ce blog a vu le jour, beaucoup de choses ont été écrites, présentations de matchs- résumés parfois succins, parfois plus détaillés- descriptions et analyses à la hauteur de mes capacités...-histoire du jeu et des joueurs, ceux d'aujourd'hui et ceux d'hier- sentiment sur le potentiel de tel ou tel comté, et nous voilà à un peu plus de 48 heures de l'épilogue de ce feuilleton, le rideau s'apprête à tomber sur la 127ème édition du All Ireland de football (à moins d'un replay comme au hurling évidemment).

Un cru moyen dans l'ensemble, soyons francs, mais qui aura livré quelques morceaux de choix tout de même, à l'image du parcours historique et héroïque de Londres, de l'éclatante leçon de jeu délivrée par Mayo face à Donegal en quart, et évidemment de ce Dublin-Kerry qui aura sa place parmi les matchs de légende de ce sport.

Alors nous y voilà, les deux plus belles équipes du pays, celles pratiquant le jeu le plus léché et le plus ambitieux, sont au rendez-vous, ce qui était perceptible après les championnats provinciaux et plus encore après les quarts de finale s'est brillamment confirmé lors des demis.

Retrouver Mayo à ce stade un an après la énième déception en finale (face à Donegal), est tout sauf une surprise, le comté est l'un des plus régulier depuis 25 ans, il dispose d'une génération talentueuse, morte de faim (comment ne pas l'être dans ce comté privé de la SAM depuis 1951), et qui semble s'être débarrassée des oripeaux pesants de ses prédécesseurs.
Leur parcours en Connacht est un modèle absolu, Galway, Roscommon et Londres passés à la moulinette, Donegal éparpillé par petits bouts, "façon puzzle", et enfin Tyrone qui après une mi-temps de résistance aura fini par ployer sous les coups répétés des coéquipiers du favori au titre de meilleur joueur de l'année, Aidan O'Shea.
Comme un bonus, la star du comté , sa machine à scorer, Cillian O'Connor a remporté sa lutte contre le temps pour récupérer de sa troisième blessure à l'épaule en moins d'un an et sera aligné dans un quinze inchangé. L'année ou jamais? rarement les conditions auront à ce point semblé favorables aux Heather county.
Et puis, si l'ont rend régulièrement un hommage (mérité) à la ferveur du peuple dubliner et à la capacité de ses fans à enflammer la hill 16 et Croke Park, la foi jamais démentie des fans de Mayo malgré les désillusions à répétition , force le respect, autant que l'inventivité et l'originalité des manifestations de soutiens tout au long de l'été leur délivre la palme des tribunes

Face à eux, se dresse une vague bleue, une capitale amoureuse de ses boys in blue, de cette génération sans peurs, sans complexes, et dirigée de main de maitre par Jim Gavin et son staff.
Les Dubs, après avoir enlevé leur première League depuis 20 ans, peuvent croire au premier doublé pour le comté depuis 1975.
La défaite en demi-finale l'an passé a été digérée, Gavin a pris la suite de Gilroy, le changement dans la continuité, changement clair en terme de style, plus aéré et plus fluide, tout en vitesse et en mouvement, et surtout, au côté des cadres, une classe biberon brillante (Mannion révélé durant la league, Ciaran Kilkenny revenu de ses infidélités australiennes, et l'homme du match face à Cork en 1/4, "Jumping Jack flash" McCaffrey.
Comme pour Mayo, le parcours des blues impressionne, les ambitions d'un Westmeath tout frais promu en D1 vite douchées, tout comme celles de Kildare et Meath.

 Dublin est l'incontestable roi du Leinster.
Cork, même en phase de transition, représente toujours un challenge de taille, admirablement négocié par les joueurs de la capitale même si la certitude du résultat final ne fut réellement acquise qu'à 5 minutes du coup de sifflet final, et puis évidemment ce bijou de match contre Kerry en demi, qui même si il exposa les failles entrevues plus tôt, donna surtout un aperçu de la virtuosité incroyable et de la profondeur de banc unique dont dispose le comté-capitale.

On peut toujours craindre, qu'en pareille occasion, l'enjeu ne tue le jeu, mais je ne le crois pas, pour peu que Mayo ne se raidisse pas trop au moment fatal, je suis persuadé qu'on aura droit à une belle, une très belle finale.






Le XV de Mayo


1.Rob Hennely (0 but-1 point)
club: Breaffy
age: 23 ans
taille: 1,85m
poids: 88kg
profession: Manager commercial
Il a profité des blessures des no1 et 2, David Clarke et Ken O'Malley, son atout tient dans ses dégagements ultra puissant

2.Tom Cunniffe

club: Castlebar Mitchel's
age: 26 ans
taille: 1, 82m
poids: 87kg
profession: agent financier
Ancien vainqueur du All-Ireland U21, il n'était pas titulaire l'an passé, gros impacte physique.

3.Ger Cafferkey
club: Ballina Stephenites
age: 26 ans
taille: 1,82m
poids: 85kg
profession: ingénierie civil
Autre vainqueur du All-Ireland U21 2006, l'un des meilleurs full-back du pays

4. Chris Barrett (0 but- 3 points)
club: Belmullet
age: 26 ans
taille: 1,77m
poids: 81kg
profession:  chef de projet immobilier
Il a connu des débuts difficiles avec une défaite contre Longford dans le tournoi de qualif 2010, la blessure de Donal Vaughan en juin lui a offert une place dans le XV majeur et  l'a décalé à gauche, impérial à son poste, et capacité à apporter offensivement comme en témoigne ses 2 points contre Tyrone en demi.

5. Lee Keegan (0 but- 7 points)
club: Westport
age: 23 ans
taille: 1,77m
poids: 80kg
profession: Laborantin
Il a la particularité (notable) pour un joueur évoluant à ce poste d'avoir scoré à chaque match, il a effectué ses débuts avec Horan en 2011 et fut l'un des meneurs de la révolte (infructueuse) en finale 2012 contre Donegal.

6. Donal Vaughan (2 buts- 2 points)
club: Ballinrobe
age: 24 ans
taille: 1,88m
poids: 92kg
profession: DRH
L'un des quatre joueurs du XV à avoir débuté à New York en 2009, gros impact offensif, 2 buts pour lui cette saison.

7. Colm Boyle (0 but- 3 points)
club: Davitt's
age: 27 ans
taille: 1,80m
poids: 80kg
profession: agent de police
éloigné du foot en inter-comté durant quelques années mais ressuscité par Horan, l'une des pièces majeures de Mayo, rampe de lancement idéal en phase offensive

8. Aidan O'Shea (0 but-2 points)
club: Breaffy
age: 23 ans
taille: 1,95m
poids: 99 kg
profession: agent logistique-planning
Star de l'équipe minor de Mayo battue en finale du All-Ireland 2008, John O'Mahony n'avait pas tardé à l'époque à le faire grimper à l'échelon senior, il lui a fallu deux années pour devenir l'une des pièces essentielles du rouage de cette équipe, il réalise une année de rêve, favori numéro un au titre de meilleur joueur de l'année.

9. Seamus O'Shea (0 but- 1 point)
club: Breaffy
age: 26 ans
taille: 1,88m
poids: 90kg
profession: assureur
frère ainé d'Aidan, déjà partenaire en junior, une saison pleine, il forme avec Aidan la plus belle paire de milieu du pays.

10. Kevin McLoughlin (0 but-10 points)
club: Knockmore
age: 24 ans
taille: 1,80m
poids: 77kg
profession: instituteur
Il a débuté sur les postes défensifs, mais sa capacité à porter rapidement le danger vers l'avant et à faire le jeu l'ont fait avancer de quelques cases, troisième saison de suite au top niveau.

11. Keith Higgins (0 but- 1 point)
club: Ballyhaunis
age: 28 ans
taille: 1,80m
poids: 78kg
profession:employé de banque
l'un des plus rapides  pour porter le ballon devant, doit encore ajuster ses mouvements offensifs, excellent hurler

12. Alan Dillon (0 but- 7 points)
club: Ballintubber
age: 29 ans
taille: 1,80m
poids: 78kg
profession: Ingénieur de validation
Joueur le plus expérimenté de l'effectif, il a débuté contre Sligo en 2003, deux fois all-star, créateur en chef et dépositaire du jeu de Mayo.

13. Cillian O'Connor (6 buts- 14 points)
club: Ballintubber
age: 21 ans
taille: 1,85m
poids: 87kg
profession: étudiant
Encore très perturbé par son épaule, blessé en juin, et sorti après 10 minutes contre Tyrone en 1/2, il trouve le moyen de passer deux hat-trick de suite (contre Londres et Donegal), remis juste à temps, sa participation à l'intégralité de cette finale est plus que douteuse mais sa présence est un point de motivation supplémentaire pour tout le groupe.

14. Alan Freeman (2 buts- 12 points)
club: Aghamore
age: 24 ans
taille: 1,86m
poids: 88kg
profession: Manager environnemental
Lancé dans le désastre de la défaite face à Sligo en 2010, il a impressionné dans sa prise de responsabilité après la blessure de O'Connor en demi finale. 

15. Andy Moran (capt) (1 but- 3 points)
club: Ballaghdereen
age: 29 ans
taille: 1,76m
poids: 84kg
profession: Manager commercial
Il s'est battu pour récupérer d'une blessure aux ligament croisés récoltée l'an passé, le capitaine de Mayo est l'un des favoris des fans, comme Dillon il s'apprête à disputer sa 4ème finale de All-Ireland.

Les points du banc:  Enda Varley (1 but-6 points), Darren Coen (1 but-3 points), Richie Feeney (0but- 4 points), Cathal Carolan (1 but- 1 point), Kevin Keane (0 but-1 point)





Le XV de Dublin




1. Stephen Cluxton  (capt) (0 but- 14 points)
club: Parnell's
age: 31 ans
taille: 1,80m
poids: 82kg
profession : Professeur de sciences en lycée
L'une des figures marquantes du foot gaélique des dix dernières années, ses dégagements précis et son coup de pieds au 45m en font un atout majeur pour les dubs.

2. Philly McMahon (0 but- 1 point)
club: Ballymun Kickhams
age: 26 ans
taille: 1,81m
poids: 80kg
profession:coach

Première titularisation pour lui dans ce championship, il avait rééquilibré la barque en remplaçant O'brien contre Kerry, agressif et ne laisse que peu d'espace, capable de botter de loin mais aussi de concéder pas mal de frees...

3. Rory O'Carroll 
club: Kilmacrud Crokes
age: 23 ans
taille: 1,84m
poids: 82kg
profession: étudiant
Il a parfois semblé assez vulnérable contre Meath et Cork, mais il a du répondant et sa détente est précieuse, intouchable à son poste depuis 4 ans.

4. Jonny Cooper
club: Na Fianna
age: 23 ans
taille: 1,82m
poids: 71kg
profession: étudiant
Sacré en U21 sous les ordres de Jim Gavin, le 3ème compère de cette ligne de full backs juvénile, parfait incarnation de l'esprit des dubs et de la pâte Gavin, aime attaquer l'espace autant que la balle.

5. James McCarthy
club: Ballymun Kickhams
age: 23 ans
taille: 1,85m
poids: 83kg
profession: étudiant
Il était l'un des joueurs défensifs les plus en vue sur le front de l'attaque jusqu'à l'explosion de McCaffrey, il couvre un terrain phénoménal, fils de l'ancienne star des dubs des 70s, John McCarthy.

6. Ger Brennan (0 but- 1 point)
club: St.Vincent's
age:28 ans
taille: 1,81m
poids: 82kg
profession: professeur en lycée
Un autre joueur du secteur défensif  sous pression avant cette finale , gros impact mais vulnérable en un contre un.

7. Jack McCaffrey (1 but- 1 point)
club: Clontarf
age: 19 ans
taille: 1,83m
poids: 81 kg
profession: étudiant
Une véritable fusée, il n'a pas fini de provoquer des courants d'air dans les défenses, révélation de cette édition 2013.

8. Michael Darragh MacAuley (0 but- 2 points)
club: Ballyboden St.Enda's
age: 27 ans
taille: 1,88m
poids: 90kg
profession: enseignant
La grande trouvaille du précédent manager, Pat Gilroy, joueur au style assez peu orthodoxe, mais d'une lucidité impressionnante dans les instants chauds (comme face à Kerry).

9. Cian O'Sullivan (0 but- 2 points)
club: Kilmacud Crokes
age: 25 ans
taille: 1,87m
poids: 85kg
profession: Audit financier
Il offre une grande variété de choix au milieu et impose le rythme élevé des dubs tout en ne rechignant jamais au taches défensives, la pression ne semble jamais l'atteindre.

10. Paul Flynn (1 but- 6 points)
club: Fingallians
age: 27 ans
taille: 1,86m
poids: 92kg
profession: étudiant
exceptionnel saison, le récent ex-manager de Kildare l'a décrit comme le meilleur joueur actuel sur le circuit, grosse précision au pied.

11. Ciaran Kilkenny (0 but- 11 points)
club: Castleknock
age: 20 ans
taille: 1,84m
poids: 82 kg
profession: étudiant
Il a tourné le dos à une carrière pro en ligue de foot australien pour gagner des titres avec Dublin, première partie de saison impressionnante, un peu en retrait depuis les quarts, on attend un premier match référence à la hauteur de sa valeur.

12. Diarmuid Connolly (1 but- 8 points)
club: St.Vincent's
age: 26 ans
taille: 1,87m
poids: 83kg
profession: représentant
talent à l'état brut, Connolly semble s'être discipliné depuis l'arrivée de Gavin, l'un des joueurs les plus adroits des deux pieds, chef d'orchestre de la magistrale victoire contre Kerry.

13. Paul Mannion ((3 buts- 6 points)
club: Kilmacud Crokes
age: 20 ans
taille: 1,85m
poids: 82kg
profession: étudiant
Seulement remplaçant avec les minors champions l'an dernier, cet ancien international U15 de soccer a connu une progression fulgurante pour s'imposer durant la league comme un pion essentiel en attaque.

14. Paddy Andrews (1 but, 5 points)
club: St.Brigid's
age: 25 ans
taille: 1,81m
poids: 83kg
profession: courtier
Souvent laissé de côté par Gilroy, il a explosé sous Gavin et même sa blessure à la mi saison n'a pas stoppé sa progression.

15. Bernard Brogan (1 but-16 points)
club: St.Oliver Plunkett's Eoghan
age: 29 ans
taille: 1,79m
poids: 82 kg
profession: consultant financier
Il revient à son meilleur niveau au meilleur niveau, excellent contre Kerry, le joueur de l'année 2010 est l'arme offensive numéro 1 des dubs

Le banc: Dean Rock (10 points), Eoghan O'Gara (2 buts-2 points), Kevin McManamon (1 but- 1 point), Denis Bastick (1 point)